Martha et Alan, BD d’Emmanuel Guibert

Le mois dernier, j’ai postulé, pour la BD fait son festival sur Priceminister, et mi-mars j’ai su que  j’avais été retenue, et allais recevoir une des 3 BD que j’avais sélectionnée dans la liste.

J’ai donc reçu Martha et Alan – D’après les souvenirs d’Alan Ingram Cope de Emmanuel Guibert  OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alan Ingram Cope était un ami américain d’Emmanuel Guibert, qu’il a rencontré à l’Ile de Ré, et dont il a recueilli ses souvenirs.

Je ne suis pas particulièrement doué en critique littéraire, on peut même dire que c’est ma première, là. Je vais donc essayer de faire au mieux pour vous livrer mes impressions. Soyez indulgents ! 🙂

Alan Ingram Cope est né en Californie en 1925, et est décédé en France en 1999. Il a été envoyé sur le front de guerre,  s’en est sorti et est resté vivre en France sur l’Ile de Ré. C’est là, en 1994 qu’il a fait la connaissance d’Emmanuel Guibert, et qu’ils ont échangé pendant plusieurs années.

Emmanuel Guibert en a tiré 3 BD : La guerre d’Alan (en 3 volumes ou l’intégrale), l’enfance d’Alan, et celui-ci : Martha et Alan.

Dans ce livre, il s’agit des souvenirs d’enfance d’Alan et de son histoire avec Martha, qu’il a connu lorsqu’ils avaient 5 ans, en Californie du Sud, à l’époque de la Grande Dépression.

Tout a commencé le jour où Alan a pris la défense de Martha, qui était exclue d’un jeu par les autres enfants.

De là, est née leur amitié, et, aussi, leur premier amour (il se voyait l’épouser une fois adulte).

On y suit leurs jeux, leurs rêves, leurs parents, l’arbre dans lequel ils grimpaient, la balançoire du jardin, les blessures, les chorales à l’église, les Noëls quand le chœur partait chanter chez cette riche vieille dame qui leur offrait ensuite un chocolat chaud, la mort du père d’Alan et son remariage avec une plus jeune femme, qui finira par lui interdire de voir Martha, et lui, Alan, qui n’osât pas protester.

Puis il perdit de vue Martha et c’est à 18 ans, avant d’aller à l’armée, qu’il se décida à aller la voir.

Puis 2 ans plus tard, avant d’aller à la guerre, il retourne chez elle pour la revoir, mais elle n’est pas là, c’est la mère de Martha qui le reçoit et lui apprend qu’elle est malade, et…fiancée.

« Horrifié et bouleversé », il part à la guerre, et ne la reverra plus.

Puis le temps a passé, Alan a vécu sa vie, il s’est marié, il a eu des enfants, et a fini par s’installer en France.

Un jour, désireux de reprendre contact, il arrive à avoir son adresse, par des amis communs.

Il lui écrit.

Et Martha lui répond. Une longue lettre, très belle, très touchante.

Ils ont ensuite continué à correspondre….

Le livre finit sur cette phrase : « ça prouve qu’on était quelque chose l’un pour l’autre ».

Je dis ce livre, au lieu de dire BD, parce que ce n’est pas une BD comme on en a l’habitude, parce que ce n’est pas découpé en cases avec des bulles, chaque page est carrément un tableau, le texte n’est presque jamais écrit dans une bulle, sauf quand un personnage parle.

Les illustrations sont d’une vraie beauté, on dirait vraiment une peinture, un peu de pointillisme, un peu de jeu avec l’ombre et la lumière, et accentuent l’univers poétique teinté de nostalgie et de tendresse, une histoire de gens simples et attachants.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vidéo :Comment j’ai dessiné… « Martha et Alan » par Emmanuel Guibert :

   https://www.youtube.com/watch?v=pi1WKkgwfMo


Je suis vraiment ravie d’avoir pu découvrir ce livre (ou cette BD, si vous préférez), je l’ai vraiment beaucoup aimée, et maintenant je compte bien lire les autres de cette série, « l’enfance d’Alan » et « la Guerre d’Alan » (un peu, toutes proportions gardées, comme une sorte d’Antoine Doinel dont on suivrait la vie… )

En tous cas, merci à Priceminister d’avoir pu me permettre de participer à cette opération, et si vous aussi vous avez envie de découvrir ce livre/cette BD, voici le lien : Martha et Alan et j’espère qu’il vous donnera autant de plaisir qu’à moi.

Si je devais lui donner une note ? Eh bien, je lui mettrais 20/20. Oui, oui. 20/20. Tout à fait.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s